Eau et ciel

Eau et ciel
ils s’effleurent,
ils se touchent,
pour se plonger dans l’infini.
Mes yeux
ils écoutent la mer,
le vent qui souffle fort
que gonfle et il écume les flots.
Je ferme les yeux,
j’entends ta présence
fort et sereine.
J’entends mes mémoires,
mon adolescence
inquiète.
Il y a le parfum des genêts
à pic sur la mer,
le cri des mouettes
planeurs dans le ciel,
le sel à brûler la peau…
…et encore une fois eau et ciel.

Marco Fantuzzi